Fatigue chronique

Fatigue chronique

Beaucoup de symptômes, pas de médicaments, une définition vague… le syndrome de fatigue chronique n’en reste pas moins un problème handicapant, moins rare qu’on ne le pense.

Grande fatigue, mal partout, sommeil perturbé, de la peine à se concentrer… difficile de définir de quoi on souffre. Parfois, il s’agit d’une maladie psychologique comme une dépression ou un burn-out; parfois cela s’explique moins facilement. Dans ces cas, les symptômes renvoient peut-être au syndrome de fatigue chronique (SFC). Se déclenchant brutalement à la suite d’une maladie ou s’installant progressivement, il est souvent décrit par les patients comme un état grippal prolongé avec un épuisement physique intense rendant parfois même difficile la position debout, ainsi que des douleurs musculaires diffuses. Le sommeil n’est plus réparateur, c’est-à-dire qu’on se réveille fatigué même après une bonne nuit de sommeil. Les patients rapportent aussi très souvent des troubles de l’attention, des pertes de mémoire ou encore des difficultés à se concentrer. Les efforts physiques ou intellectuels entraînent une aggravation de tous les symptômes. La capacité à s’adonner à des activités est réduite d’au moins 50%.
Les études montrent un dérèglement des systèmes de réponse au stress et de production de l’énergie. Ces dysfonctionnements touchent notamment les hormones du stress (comme le cortisol) et le système nerveux végétatif (qui s’occupe des fonctions automatiques du corps, comme la pression artérielle par exemple). Ils concernent également le système immunitaire. Ces dérèglements peuvent se rencontrer également dans d’autres pathologies apparentées, comme la fibromyalgie ou la dépression.

D’où l’intérêt chez le patient chroniquement fatigué d’évaluer en plus d’un bilan biologique général et d’un bilan nutritionnel

  • – l’état de réactivité de la glande surrénale : Evaluation du CAR (Cortisol awakening response)
  • – L’état de son microbiote et de son système immunitaire