Pédiatrie – Troubles du sommeil

Troubles du sommeil chez l’enfant

Les troubles du sommeil de l’enfant correspondent à une diminution de la durée ou de la qualité du sommeil, avec un retentissement sur le niveau de vigilance du lendemain.
Le trouble du sommeil peut être « initial » lorsque l’enfant a du mal à s’endormir à l’heure du coucher. Il peut se manifester sous forme de « réveils nocturnes », comme lors d’un cauchemar. Il peut enfin être lié à une « parasomnie » comme une « terreur nocturne » ou un somnambulisme ou l’enfant de se réveille pas.
Dans tous les cas, le sommeil est « non réparateur » avec un trouble de vigilance le lendemain et des performances intellectuelles réduites à l’école ou au travail.

Le rythme de sommeil peut rapidement être perturbé par un environnement non propice ou par des habitudes de vie inadéquates. Ces perturbations peuvent entraîner des modifications de l’organisation du sommeil.
Pour bien dormir, il faut chouchouter son horloge biologique !
Il s’agit de :
⦁ Mettre en place des “donneurs de temps” : heures de repas régulières d’un jour à l’autre, sorties à l’extérieur chaque jour, heures de coucher et de lever régulières d’un jour à l’autre, même le week-end ou en vacances.
⦁ Respecter ses propres caractéristiques de sommeil : court ou long dormeur, du matin ou du soir… une bonne manière de connaitre ses besoins est de voir ce qu’il se passe après 10 jours de vacances, en l’absence de contraintes, donc sans réveil quand on maintient une heure de coucher raisonnable, sans dette de sommeil…
⦁ Veiller à bien utiliser la lumière : exposition suffisante le matin, mais limitée le soir en évitant en particulier les écrans des ordinateurs, téléphones et tablettes.

Mais en plus , l’expérience nous a montré que des problèmes digestifs chez l’enfant liés à des perturbations dans le microbiote pouvaient être source de mauvais sommeil.
L’évaluation de son biorythme du cortisol via le profil salivaire du cortisol est aussi une évaluation qui me semble importante dans la pratique.